nom_site_spip
Accueil > L’Hôpital et ses collaborateurs > Les chroniques du jardin botanique > Le guiera senegalensis

La chronique du jardin botanique

Le guiera senegalensis

Très bel arbuste vivace et buissonnant de la zone sahélienne, au feuillage vert qui emprunte au loin des reflets gris argentés, le guiera est la plante la plus célèbre de la pharmacopée sénégalaise.

Elle se retrouve un peu partout, sauf en Casamance. Parfois présente dans les bas-fonds qui captent les eaux de ruissellement, elle acquiert une belle taille.

Le Seigneur l’aurait créée le dimanche ! Le premier jour de la semaine de la Genèse aussi bien pour les juifs, les chrétiens que les musulmans…

C’est peut-être, la raison pour laquelle les Peuls font du « geloki » l’aînée de toutes les autres plantes ? Et se trouvent en même temps expliquées les propriétés magiques qui commanderaient certains usages de la plante !

Son extrême popularité la rend disponible presque partout, en petites bottes de feuilles notamment et consacre son utilisation tous azimuts.

Son bois sert en milieu rural à la confection des toits des cases. Ses feuilles sont mises à tremper dans les réserves d’eau pour purifier et parfumer ladite boisson. Le guiera est prisé par les fourmis qu’on retrouve très souvent accrochées aux feuilles. On signale toutefois que les vaches qui broutent ses feuilles rendent un lait à l’odeur nauséabonde !

Sur le plan médicinal, le guiera est surtout réputé pour ses vertus antitussives. On ne compte pas d’ailleurs le nombre d’études scientifiques et tentatives de formulation se rapportant au nger, nom ouolof de la plante.
Le nger est même proposé dans les officines de pharmacie de médecine allopathique.

Les parties utilisées sont les racines et les feuilles. De même que de petits globules, sortes d’excroissance sous forme de nœuds qui naissent sur la tige des feuilles, que certains sujets ont tendance à produire.

Le nger aide à purifier le lait maternel, à lutter contre diverses parasitoses (éléphantiasis, par exemple), la colique, les céphalées, l’insomnie, la douleur et ... Et si l’on se retrouvait encore et tout simplement devant une autre panacée végétale ?

D’autres usages laissent supposer des propriétés antiseptiques, voire antibiotiques, fortifiantes et hypotensives.


 Hôpital Traditionnel de Keur Massar - Tous droits réservés