nom_site_spip
Accueil > L’Hôpital et ses collaborateurs > Les chroniques du jardin botanique > Le Nim (ou Neem)

Les chroniques du jardin botanique

Le Nim (ou Neem)

Par Djibril Bâ

Son nom scientifique, Azadirachta Indica, indique que cet arbre est originaire de l’Inde. Le neem fut la vedette du reboisement, notamment durant la terrible époque de la sécheresse au Sahel des années 70 et 80. Il borde toutes les routes nationales du Sénégal... Il est utilisé dans beaucoup de traitements à l’Hôpital Traditionnel de Keur Massar.

C’est en tant que plante d’ombrage, rustique, que le neem a vraiment essaimé et on peut dire aussi qu’il est sans doute la plante introduite qui s’est le mieux adaptée, au point de constituer une belle forêt à l’entrée de Thiès en venant de Dakar.

Elle a une grande réputation d’insecticide, pesticide et de répulsif naturel :

1. Les feuilles sont brûlées pour faire fuir les moustiques et autres insectes.
2. Les feuilles sont ajoutées dans les stocks de produits vivriers, semences et graines pour éloigner les mites.
3. Les tourteaux agissent très bien contre les termites.
4. L’huile est considérée comme un répulsif naturel.

On lui reconnaît quelque usage en médecine traditionnelle au Sénégal, notamment dans le traitement des accès palustres avec des préparations issues de ses feuilles. Mais guère plus, car elle n’ea pas très bonne réputation au Sénégal dans le domaine thérapeutique.

Et pour cause, son amertume en a fait une plante très utilisée dans les avortements clandestins. Si bien qu’on a tendance à la considérer comme un poison. L’azadirachtine est d’ailleurs une substance interdite en Europe. On rapporte encore son don étonnant de transmettre son amertume à la viande des animaux domestiques qui ont été élevés à ses pieds.

Ses propriétés les plus connues sont vermifuges et fébrifuges. Le macéré des graines donne une potion dépurative, émétique et laxative.

Relevons également que la plante fait toujours l’objet d’une curiosité scientifique qui est à l’origine de nouvelles applications. Certaines recherches menées sur les différentes parties de la plante ont mis en exergue son utilité dans l’agriculture biologique, la cosmétologie et le traitement de pathologies telles que le cancer.

A l’Hôpital Traditionnel de Keur Massar, le neem est utilisé dans beaucoup de nos traitements, eu égard aux nombreuses propriétés que nous lui reconnaissons : traitement antilépreux, vertus antiseptiques et vermifuges dans le traitement du paludisme et des dermatoses.


 Hôpital Traditionnel de Keur Massar - Tous droits réservés