nom_site_spip
Accueil > L’Hôpital et ses collaborateurs > Les chroniques du jardin botanique > Le lawsonia inermis ou henné

Les chroniques du jardin botanique

Le lawsonia inermis ou henné

Par Djibril Bâ

Le lawsonia inermis ou henné est difficile à classer : est-ce une espèce introduite ou endogène ? Est-ce une espèce forestière ou domestique ? En tout état de cause, le henné, plante très répandue dans le monde se retrouve essentiellement sous forme de plantations faites par l’homme. Elle doit en très grande partie sa célébrité à ses applications cosmétiques dont certaines allient des présupposés magiques à l’esthétique. Mais le henné regorge aussi de propriétés médicinales.

Traditionnellement, elle est utilisée pour la coloration des plantes des pieds et des paumes des mains des dames. Pour conjurer le mauvais sort, éloigner les mauvais esprits et accroître la beauté (peau, ongles) à la fois !

Ses fleurs servent d’ingrédients dans la préparation de parfums.

Mais le henné regorge aussi de propriétés médicinales, attestées d’ailleurs par le prophète Mohamed (psl). Des propriétés astringentes, antiseptiques, stimulantes (sur le plan cérébral), cicatrisantes, antalgiques, vermifuges et diurétiques.

On lui reconnaît aussi des propriétés abortives et emménagogues et on l’emploie pour soigner les bronchites, les maladies se rapportant au rein et au foie.

Ses racines, ses feuilles, ses graines et ses fleurs sont utilisées à cet effet.

Les rameaux servent de cure-dents.

A l’Hôpital Traditionnel de Keur Massar, le henné occupe un espace important dans notre jardin de simples pour sa vertu d’excellent antibiotique. Le henné entre dans la composition des traitements antilépreux élaborés par l’Hôpital.


 Hôpital Traditionnel de Keur Massar - Tous droits réservés