nom_site_spip
Accueil > L’Hôpital et ses collaborateurs > Les chroniques du jardin botanique > L’eucalyptus

Les chroniques du jardin botanique

L’eucalyptus

Par Djibril Bâ

Au Sénégal, une espèce au feuillage persistant et odorant introduite depuis l’Australie a pendant longtemps occupé la place d’arbre fétiche dans les différentes campagnes officielles de reboisement, en même temps qu’il faisait l’objet d’une exploitation industrielle...

Sa croissance rapide et son tronc droit ont déterminé ce choix par les industries consommatrices de bois : productrices d’allumettes ou utilisatrices de poteaux pour la distribution de l’énergie électrique, du téléphone ou de construction d’une part ; d’autre part, pour lutter contre la déforestation avec la constitution de bois de village servant de réserve de bois de chauffe.

Jusqu’à ce que l’on se rende compte, récemment, de sa relative nocivité : ses feuilles mortes qui tapissent le sol sont nocives à la biodiversité car elles ne laissent aucune autre plante pousser aux alentours.
Qui plus est, son entretien exigeant de grandes quantités d’eau, l’eucalyptus serait responsable de l’assèchement de la nappe phréatique. Il fut ainsi planté dans certaines zones humides pour contribuer à leur assèchement, notamment dans la lutte contre la malaria.

On rapporte à ce propos que les premiers colons d’Israël en ont usé pour assécher les marécages… Ce qui, ma foi, pourrait être salutaire, dans la banlieue dakaroise en proie aux inondations depuis l’année 2005 !

C’est l’un des plus grands arbres du règne végétal ; c’est sans doute aussi celui qui dispose du plus grand nombre de variétés. On ne dénombre pas moins de cinq cents espèces d’eucalyptus dont certaines peuvent atteindre cent mètres de hauteur !

Mais encore, au vu de certaines particularités relevées dans nos pépinières, chez certains eucalyptus à Keur Massar, nous nous posons la question de savoir si les différentes variétés n’en viennent pas parfois à se croiser pour donner naissance à de nouvelles. Avis aux spécialistes…

La plante est considérée comme un répulsif naturel. On signale, en tout état de cause, la fumigation de ses feuilles pour chasser les moustiques.

L’eucalyptus est une plante aromatique et une plante médicinale.
Non seulement il est à la base de la préparation de maints sirops, pastilles et pâtes, mais encore on utilise l’huile essentielle tirée de ses feuilles qui a des propriétés antiseptiques, antivirales, expectorantes, analgésiques et antioxydantes, hémostatiques et antirhumatismales.

On emploie aussi ses feuilles en tisane ou en bains contre les maux suivants : fièvre, rhumatismes, parasites intestinaux, tuberculose, bronchite, asthme, emphysème, otite, sinusite, pleurésie, abcès du poumon, anémie, colibacillose, asthénie, diabète, rhume, toux, inflammation de la bouche, plaie, grippe et dermatoses.


 Hôpital Traditionnel de Keur Massar - Tous droits réservés